LA TRANSPIRATION EXCESSIVE : QUE FAIRE ?

Qu’est ce que la transpiration excessive ?

La transpiration excessive n’a généralement pas de cause précise, mais elle est parfois due à des infections, des problèmes métaboliques ou un cancer.
Une peau toujours humide peut devenir rouge et enflammée ou pâle, ridée et craquelée, et peut développer une odeur désagréable.

Si vous n’avez pas le temps, voici une solution pour votre transpiration excesssive.

SPRAY CORPS ANTI TRANSPIRATION PURAX

Comment savoir que l’on souffre d’une transpiration excessive ?


Le diagnostic est établi par une évaluation médicale et parfois par des tests.
Le traitement peut consister en des antitranspirants à base de chlorure d’aluminium, des lingettes à base de glycopyrronium, des médicaments anticholinergiques, l’iontophorèse de l’eau du robinet, la toxine botulique, un appareil à micro-ondes et parfois une intervention chirurgicale.

Photo de Mary Taylor sur Pexels.com


Bien que les personnes qui ont de la fièvre ou qui sont exposées à des environnements très chauds transpirent, celles qui ont une transpiration excessive ont tendance à transpirer même lorsqu’elles ne sont pas dans ces circonstances.

Qu’est ce que la transpiration excessive focale ?


La transpiration excessive peut affecter toute la peau, mais elle est souvent limitée à certaines parties du corps (transpiration excessive focale). Les zones les plus fréquemment touchées sont la paume des mains, la plante des pieds, le front et les aisselles.

L’anxiété, l’excitation, la colère ou la peur provoquent généralement de la transpiration dans ces zones. Bien qu’une telle transpiration soit une réaction normale, les personnes touchées par une transpiration excessive transpirent abondamment, et des conditions qui ne soient pas favorables à éviter ce type de réaction.

Certains transpirent également au dessus des lèvres, dans le nez et sur le front qui perle lorsqu’ils mangent des aliments chauds et épicés (transpiration gustative), à la suite d’un repas. Cette transpiration est normale, mais certains troubles peuvent augmenter la transpiration, comme le diabète qui affecte les nerfs, le zona qui touche le visage, les troubles cérébraux, certains troubles qui affectent le système nerveux autonome du cou, et certaines blessures qui affectent les nerfs de la glande salivaire située devant l’oreille (glande parotide).

Qu’est ce que la transpiration excessive généralisée ?


La transpiration excessive qui affecte la plus grande partie du corps est appelée transpiration excessive généralisée. Une cause spécifique de ce trouble n’est généralement pas trouvée. Cependant, plusieurs conditions peuvent provoquer une transpiration excessive généralisée, comme l’exposition à la chaleur et la fièvre.

Quels sont les symptômes ?

Parfois, la zone est visiblement rouge et gonflée. La zone enflammée dégage parfois une odeur nauséabonde (bromhidrose) due à la dégradation de la sueur causée par les bactéries et les champignons qui vivent normalement sur la peau. Lorsque l’humidité est élevée et permanente, la zone affectée semble blanche, ridée et fissurée. Les vêtements sont aussi souvent trempés de sueur.

Les personnes qui transpirent excessivement sont souvent anxieuses à propos de leur état, stressé par le jugement des autres, ce qui peut conduire à l’isolement social. L’anxiété peut entraîner une augmentation de la transpiration.

Quels sont les diagnostics possible pour la transpiration excessive ?

  • Évaluation médicale
  • Les tests médicaux

Le diagnostic de transpiration excessive est basé sur les antécédents personnels et l’examen physique.

Parfois, des substances peuvent être appliquées sur la peau pour rendre visible de petites quantités de sueur. Des analyses sanguines et des tests hormonaux sont également effectués pour dépister d’autres troubles.

Comment traiter une transpiration excessive ?

Les traitements pour une transpiration excessive

  • Solution de chlorure d’aluminium appliquée sur la peau
  • Lingettes au glycopyrronium
  • Médicaments anticholinergiques pris par voie orale
  • Lontophorèse avec l’eau du robinet
  • Injections de toxine botulique de type A
  • Appareil à micro-ondes
  • Procédures chirurgicales

Une solution de chlorure d’aluminium contre la transpiration


Une solution de chlorure d’aluminium sur ordonnance appliquée sur la peau est plus puissante qu’un antisudorifique commercial. Elle est souvent nécessaire pour traiter la transpiration excessive, en particulier des paumes des mains, de la plante des pieds, des aisselles ou de la zone génitale. Le soir, la zone en sueur est d’abord séchée, puis la solution est appliquée, et le matin, la zone est lavée. Au début du traitement, la solution doit être appliquée plusieurs fois jusqu’à ce que la transpiration soit contrôlée.

Ensuite, une ou deux fois par semaine suffisent pour la maintenir sous contrôle aussi longtemps que nécessaire. La solution ne doit pas être appliquée sur une peau enflammée, abîmée, humide ou fraîchement rasée. Parfois, les médecins prescrivent également un médicament anticholinergique oral (voir ci-dessous), qui peut provoquer des effets secondaires anticholinergiques.

Les lingettes au glycopyrronium

Des lingettes pré-humidifiées au glycopyrronium peuvent être utilisées pour réduire la transpiration excessive sous les bras. Une fois par jour, la personne concernée prend une seule lingette et l’utilise pour s’essuyer les aisselles une seule fois. Le glycopyrronium peut avoir des effets anticholinergiques.

Photo de RUN 4 FFWPU sur Pexels.com

Des médicaments anti-transpiration excessive

Certaines personnes peuvent se voir prescrire des médicaments anticholinergiques par voie orale. Parfois, les médicaments anticholinergiques glycopyrrolate ou oxybutynine sont donnés à prendre avant l’application de la solution de chlorure d’aluminium pour éviter la transpiration après le lavage avec la solution de chlorure d’aluminium. Cependant, ces médicaments peuvent provoquer des effets secondaires appelés effets anticholinergiques. Parmi les autres effets anticholinergiques, citons une vision trouble, une sécheresse de la bouche et des difficultés à uriner. Ces effets secondaires peuvent amener les personnes concernées à cesser de prendre des médicaments anticholinergiques (voir Anticholinergiques : Qu’est-ce que c’est ?)

Il s’agit d’un processus au cours duquel un faible courant électrique est appliqué à la zone affectée (généralement la paume des mains ou la plante des pieds) pendant 10 à 20 minutes. Cette opération est effectuée quotidiennement pendant une semaine, puis répétée chaque semaine ou environ deux fois par mois.

Injection de toxine botulique anti transpiration excessive

La toxine botulique de type A peut être injectée directement dans les aisselles, les paumes ou le front pour désactiver les nerfs qui déclenchent la transpiration. Cela permet d’éviter la transpiration pendant environ 5 mois, selon la dose. Ces injections sont efficaces, mais elles peuvent provoquer une faiblesse musculaire et des maux de tête, sont douloureuses et coûtent cher. En outre, le traitement doit être répété 2 à 3 fois par an. Comme la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé la toxine botulique de type A aux États-Unis uniquement pour les aisselles lorsque la transpiration est excessive, son utilisation ailleurs sur le corps peut ne pas être couverte par les assurances.

Photo de Scott Webb sur Pexels.com

Les micro-ondes contre la transpiration

Un appareil à micro-ondes (par exemple miraDry®) utilise l’énergie thermique (chaleur) pour générer de la chaleur et détruire de façon permanente les glandes sudoripares. Les patients peuvent bénéficier de deux traitements administrés à au moins trois mois d’intervalle.

Les interventions chirurgicales

Des procédures chirurgicales peuvent être tentées pour contrôler une transpiration importante si les autres traitements ne sont pas efficaces. La transpiration excessive qui se limite aux aisselles est généralement traitée par l’ablation des glandes sudoripares ou par liposuccion. La transpiration excessive qui se limite à la paume des mains peut être traitée par une procédure appelée sympathectomie transthoracique endoscopique, au cours de laquelle les nerfs des glandes sudoripares, qui sont situées près de la colonne vertébrale dans la région thoracique, sont sectionnés.

Toutefois, l’opération peut entraîner des complications permanentes, telles que la transpiration fantôme (sensation de transpiration, mais pas de transpiration réelle), la transpiration compensatoire (transpiration accrue sur les parties du corps non traitées), la transpiration gustative, les douleurs nerveuses et le syndrome de Horner. L’hyperhidrose compensatoire est plus fréquente après une sympathectomie transthoracique endoscopique. Elle survient dans jusqu’à 80 % des cas et peut être invalidante et bien pire que le problème initial.

Parfois, l’hyperhidrose peut entraîner des odeurs corporelles (bromhidrose), qui sont traitées en se lavant deux fois par jour avec de l’eau et du savon ou, si cela n’est pas efficace, avec d’autres mesures utilisées pour traiter l’affection.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s