Êtes-vous accro au sport et à l’exercice physique ?

Qu’est-ce qu’un accro au sport ?

On peut supposer qu’une personne qui va à la salle de sport tous les jours est « accro » à l’exercice. Mais en réalité, la dépendance à l’exercice est une condition compliquée que les chercheurs ne comprennent pas encore totalement.

La dépendance à l’exercice est différente de celle qui consiste à aller à la salle de sport ou à courir tous les jours. Elle se caractérise plutôt par un besoin obsessionnel ou compulsif de faire de l’exercice, au détriment de la qualité de vie. Par exemple, une personne souffrant de cette maladie peut sauter le mariage d’un ami parce qu’elle a « besoin » de sa séance et effectuer son entrainement journalier ou suivre son programme.

activité sportive comme la natation
Photo de Guduru Ajay bhargav sur Pexels.com

Les personnes dépendantes à l’exercice physique ressentent également de forts symptômes de sevrage et s’entraînent même en étant blessées, plutôt qu’en suivant un avis médical. Le cas de Hope Virgo en est un exemple : elle a fait tellement d’exercice et a mangé si peu qu’elle a eu une carence en calcium, ce qui lui a causé des fractures pendant l’exercice.

Quels sont les symptômes de la dépendance au sport ?

Les principaux symptômes de la dépendance à l’exercice physique sont généralement les suivants :

  • Sentiment de besoin et compulsif à faire de plus en plus d’exercice, ou sentiment de ne pas en faire assez
  • Continuer l’entrainement même en étant blessé
  • Ressentir de forts symptômes de sevrage en cas d’arrêt de l’exercice physique
  • Manquer des événements sociaux importants parce que vous « devez » faire de l’exercice.

La dépendance à l’exercice n’est actuellement reconnue ni par l’Organisation mondiale de la santé ni par l’Association Psychatrique en raison d’un manque de recherche sur cette condition. Cependant, il existe un nombre croissant de recherches sur la dépendance à l’exercice.

À quelle fréquence pouvons nous dire que nous sommes accro ?

La fréquence de ce problème semble varier considérablement selon les différents types d’exercice. On estime qu’entre 0,3 et 0,5 % de la population totale (y compris les personnes qui ne font pas d’exercice physique) est exposée au risque de dépendance à l’exercice physique. Chez les personnes qui font régulièrement de l’exercice, entre 3 et 7 % des personnes risquent de développer une dépendance à l’exercice. Cependant, nous ne pouvons pas être sûrs de l’exactitude de ces chiffres car il n’existe actuellement aucun critère de diagnostic universellement accepté pour la dépendance à l’exercice. La fréquence est aussi associé à un programme tout comme la fréquence d’entrainement à avoir pour perdre du poids.

addiction administration anti douleur antibiotique

Comment savoir si nous sommes accro au sport ?

Ainsi, les outils actuels de diagnostic de la dépendance à l’exercice évaluent le risque d’une personne en utilisant une estimation éclairée de ce qu’il faut mesurer. Certains outils sont basés sur des critères de diagnostic médical de l’abus de substances comme des stimulants ou prise de préworkout, tandis que d’autres comparent les symptômes à l’expérience des « accros de l’exercice » définis par eux-mêmes. Cela signifie que les différentes méthodes de mesure de la dépendance à l’exercice physique rendent compte de choses différentes, ce qui rend assez difficile de dire à quel point elle est vraiment courante.

Le paradoxe de l’athlète vient encore compliquer les choses. Les athlètes professionnels s’entraînent beaucoup et généralement plus que la moyenne des amateurs de salle de sport. Ils doivent absolument faire des sacrifices, ce qui a souvent un impact sur leur qualité de vie ou vie sociale qui passe en second plan, ils manquent parfois des événements sociaux pour s’entraîner.

Mais si vous leur demandez d’analyser leur propre comportement, ils vous diront souvent qu’ils ne font que suivre leur programme d’entraînement, qu’ils n’ont pas le choix. Les athlètes obtiendraient donc des scores élevés sur les questionnaires standards sur la dépendance à l’exercice.

exercice physique comme courir
Photo de John Seldon sur Pexels.com

Il a également été démontré que la dépendance à l’exercice est liée aux troubles alimentaires, une étude récente montrant que les personnes souffrant de troubles alimentaires ont 3,7 fois plus de chances d’avoir une dépendance à l’exercice. En fait, « l’exercice excessif » fait partie des critères de diagnostic de la boulimie et de l’anorexie. En effet, les personnes souffrant de troubles alimentaires cherchent à trouver des moyens de perdre du poids, et l’exercice est un moyen de brûler des calories.

Y-a-t-il un lien entre être accro au sport et l’anxiété ?

Des liens ont également été trouvés entre le trouble dysmorphique du corps (également connu sous le nom de dysmorphie corporelle) et la dépendance à l’exercice. Le trouble dysmorphique du corps est un trouble anxieux dans lequel une personne peut être obsédée par un ou plusieurs défauts perçus dans son apparence. Se focaliser sur son image oriente parfois la question d’être égocentrique ou narcissique face à son miroir. Ce lien suggère que l’image corporelle négative pourrait être intrinsèquement liée à la dépendance à l’exercice physique.

Il existe également des liens entre la dépendance à l’exercice, les troubles alimentaires et le trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Les personnes souffrant de TOC présentent un grand nombre de caractéristiques identiques à celles qui sont présentes dans la dépendance à l’exercice et les troubles alimentaires, comme le manque de contrôle d’une compulsion, telle que l’exercice physique. Cela montre que la dépendance à l’exercice pourrait simplement être une autre forme de TOC.

difficulté psychologique comme les TOC
Photo de Daria Sannikova sur Pexels.com

Certains chercheurs ont fait valoir que la dépendance à l’exercice n’existe pas si un autre trouble n’est pas présent. Pourtant, la majorité des recherches sur la dépendance à l’exercice physique ne recherchent pas des conditions primaires comme les troubles alimentaires ou les troubles dysmorphiques du corps, elles ne recherchent que des signes de dépendance à l’exercice physique.

Accro au sport ou simple TOC ?

Cela signifie que nous ne savons pas si la dépendance à l’exercice physique est un état indépendant ou simplement le symptôme d’autre chose. Les recherches futures devraient essayer de se concentrer sur le dépistage d’autres troubles lors de l’examen de la dépendance à l’exercice physique pour voir si cette condition existe ou non si d’autres conditions comme les troubles alimentaires ne sont pas présentes.

Les traitements actuels pour une éventuelle dépendance à l’exercice physique peuvent inclure une thérapie cognitivo-comportementale, bien que son efficacité soit discutable, car peu d’études ont été menées. La question d’un point de vue confiance en soi, voir suis-je égocentrique ou narcissique se pose. En ce qui concerne le traitement, il est important de déterminer si la dépendance à l’exercice est la condition principale ou si elle est le symptôme d’une autre maladie. S’il s’agit d’un symptôme d’une autre affection, le traitement de l’affection primaire doit être la priorité.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s